Dessin réalisé d'après un portrait de Victor Hugo à son Musée
Dessin réalisé d'après un portrait de Victor Hugo à son Musée

« Plaidoyer pour l’Europe » – Général Jean Cot

Le général Jean Cot nous propose ici un vibrant plaidoyer pour l’Europe en rappelant un extrait du
Discours de Victor HUGO, Président du Congrès de la Paix, le 21 août 1849 à Paris

« Un jour viendra où les armes vous tomberont des mains !

  Un jour viendra où la guerre paraîtra aussi absurde et aussi impossible entre Paris et Londres, entre Pétersbourg et Berlin, entre Vienne et Turin, qu’elle serait impossible et qu’elle paraîtrait absurde aujourd’hui entre Rouen et Amiens, entre Boston et Philadelphie.

  Un jour viendra où la France, la Russie, l’Italie, l’Angleterre, l’Allemagne, vous toutes, nations du Continent, sans perdre vos qualités distinctes et votre glorieuse individualité  (c’est moi qui souligne), vous vous fondrez étroitement dans une unité supérieure, et vous constituerez la fraternité européenne, absolument comme le Normandie, la Bretagne, la Bourgogne, la Lorraine, l’Alsace, toutes nos provinces françaises se sont fondues dans la France.

  Un jour viendra où il n’y aura plus d’autres champs de bataille que les marchés s’ouvrant au commerce et les esprits s’ouvrant aux idées.

  Un jour viendra où les boulets et les bombes seront remplacés par les votes, par le suffrage universel des peuples, par le véritable arbitrage d’un grand Sénat européen (dont le parlement européen que nous allons élire n’est qu’un brouillon) qui sera à l’Europe ce que le Parlement est à l’Angleterre, ce que la Diète est à l’Allemagne, ce que l’Assemblée législative est à la France. »

Les prophètes et les poètes voient loin. Cent ans sont passés – et deux guerres mondiales – entre le discours de Victor Hugo et la déclaration de Robert Schuman, acte de naissance de l’Union européenne.

Hier, aujourd’hui, demain, la phalange noire des sceptiques ne voit qu’utopie fumeuse dans la vision de ceux qui croient aux Etats-Unis d’Europe.

Les sceptiques, les eurosceptiques, les europhobes ne peuvent que se gausser du discours de Hugo. Ils ne sont pas assez honnêtes pour reconnaître ce qui s’est déjà accompli de cette prophétie. Ils sont assez malhonnêtes pour ne retenir que ce qui reste à faire.

Ce n’est pas à ceux-là que je propose ce grand texte mais à vous, chères amies, chers amis, qui allez voter les  10 et 24 avril et pouvez ne pas encore être assuré de votre choix.

Je vous dis ma conviction profonde : le choix fondamental de cette élection est entre la poursuite  de l’édification d’une Europe unie, forte, rayonnante ou son retour aux exclusions, aux divisions, aux confrontations.

L’Europe, puissance sage ou les Balkans du monde.

S’UNIR ou S’EFFACER

Si l’exhortation de Hugo vous émeut, si mon propos vous paraît raisonnable, diffusez-le largement autour de vous et, s’il vous plait, allez voter…pour l’Europe !

Général Jean COT
Commandant de la 1re armée et commandant de la Forpronu

« Le poète a toujours raison
Qui voit plus haut que l’horizon
Et le futur est son royaume… »  

  Louis Aragon, chanté par Jean Ferrat

Soutenez-nous en partageant cet article :

Share on facebook
Share on twitter
Share on linkedin
Share on print
Share on email

Ces contenus peuvent vous intéresser :