Une « désoligarchisation » voulue par Zelensky, stoppée par la guerre.

Si la « dénazification » était un mythe, la « désoligarchisation » est un préalable à toute entrée dans l’Union

« Il fut un temps où le président Volodymyr Zelenski avait tenté de « désoligarchiser le pays. » Candidat antisystème à l’élection présidentielle de 2019, l’ex-comédien promettait sous couvert de lutter contre la corruption, de réduire la mainmise des milliardaires et de mettre fin aux jeux d’influence traditionnels. Pour Paul Cruz, « la politique est le terrain où se matérialisent concrètement les rivalités entre oligarques même si depuis 2014, cet affrontement s’effectue par des intermédiaires. »

Zelensky lui-même a bénéficié du soutien de Ihor Kolomoïsky, « un magnat rentré en guerre ouverte avec le Président Porochenko. Exilé en Suisse pendant des années, il avait comme seul objectif de lui faire perdre sa réélection et a ouvert à Zelensky son carnet d’adresses, lui a fourni une couverture médiatique favorable de la part de ses médias et fourni un appui juridique. »

Une fois arrivé au pouvoir, le président ukrainien a tenté de se libérer de cette tutelle, tout d’abord en limogeant son directeur de cabinet, un avocat de Kolomoïsky. L’adoption de la loi « anti-Kolomoïsky » inscrit dans le marbre la fin de l’idylle et de cette proximité devenue embarrassante. Ce texte vise à bloquer la restitution de la première banque du pays, Privatbank nationalisée en catastrophe en 2016, ancienne propriété du milliardaire. Dernière étape de ce processus, l’adoption en septembre 2021 par la Rada, le parlement d’une loi « anti-oligarque » dont l’objectif est multiple : limiter le financement des partis politiques par les grandes fortunes et instaurer un registre d’oligarques obligés de dévoiler leurs biens au public.  « L’arrivée de la guerre fin février, a mis un coup de frein à cette dynamique politique. »

Commentaire du Mouvement Européen Paris: attention à l’accaparement par quelques-uns de la manne américaine !

Source : Public Sénat

Soutenez-nous en partageant cet article :

Share on facebook
Share on twitter
Share on linkedin
Share on print
Share on email

Ces contenus peuvent vous intéresser :